Allergie sévère aux « 10 règles pour être heureux »


À force de fouiller sur Internet, je remarque une tendance agaçante dans les blogues, c’est l’omniprésence de la formule « Les 10 règles pour… ». Elle se décline avec différents verbes : réussir votre campagne publicitaire, agrémenter votre vie de couple, mieux éduquer vos enfants, etc.

J’en ai discuté avec certains collègues d’Acart et généralement, on me dit que la formule a fait ses preuves en tant que link bait (lien pour appâter). Par contre, sur le plan créatif, certains pensent que le contenu des blogues est de plus influencé par le Big data, ce qui a pour effet de normaliser les formats et de créer un entonnoir des sujets qui risquent d’intéresser les gens. À sa plus simple expression, un blogueur n’est plus qu’un individu qui recycle les idées des autres sans en produire de nouvelles.

La « cerise qui a fait déborder mon vase » a été la lecture de l’article 22 Things Happy People Do Differently. Parmi la longue liste des habitudes qui devraient nous venir naturellement si nous étions des « heureux élus », on retrouve : se lever tous les jours à la même heure, rêver en grand, vivre le moment présent, bien choisir ses amis et éviter de se comparer aux autres sur l’échelle sociale. Évidemment l’auteure mentionne bien manger, faire de l’exercice et dormir. Vraiment? La pyramide des besoins de Maslow avait mis ça sous les projecteurs dès 1940, une théorie qui est d’ailleurs encore utilisée aujourd’hui en marketing.

J’ai eu ensuite l’idée de vérifier si cet article avait produit des petits sur YouTube. J’ai réalisé qu’une série de 22 vidéos avaient déjà été mise en ligne par un vidéographe amateur. Vive le recyclage des idées les plus populaires!

Ces articles, qui se veulent des guides pour mieux vivre, pullulent sur le web. Est-ce seulement mon impression ou ces conseils sont vraiment moralisateurs? On ne peut pas seulement appliquer une recette pour être heureux, et voilà! Le ton est tellement drastique qu’on se sent manipulé et traité comme des enfants : il y a d’un côté les bons qui souhaitent se reconnaître dans tous les points et de l’autre les méchants qui devraient changer leurs habitudes pour connaître enfin le succès des gens heureux. Comme si les gens heureux avaient un ADN différent des autres.

Et si j’étais née avec une maladie qui affecte lourdement mon insertion sociale? Si j’avais grandi dans l’extrême pauvreté? Serais-je admissible au bonheur en 22 étapes? Il faut quand même qu’il y ait un minimum de réflexion sur la nature de nos actes, de nos interactions, de nos choix de vie. Enfin, tout dépend de la sorte de lunettes culturelles que nous avons devant les yeux pour définir le bonheur. J’en conclus à un manque flagrant d’originalité de la part des rédacteurs Web pour créer du contenu. Un peu de fantaisie, de piquant, de poésie, n’importe quoi sauf une liste de choses à faire!

Images via qatarliving.com

Image via individueletcollectif.e-monsite.com


Go To Top